Appel de MILAN du 1er juillet 2018

Appel de MILAN du 1er juillet 2018

Les présidents, vice-présidents et secrétaires généraux des Comités Internationaux des camps de concentration nazis se sont réunis à Milan, à la Casa della Memoria, le 1er juillet 2018 à l’initiative de l’Associazione Nazionale Ex Deportati Nei Campi nazisti (ANED). Devant les menaces avérées contre la mémoire et l’avenir de l’Europe et de ses citoyens, ils lancent solennellement l’appel suivant :

Nous sommes dépositaires des témoignages des rescapés des crimes nazis, porteurs d’une mémoire vivante et douloureuse et nous nous faisons les porte-paroles des milliers d’hommes et de femmes survivants des camps, de leurs descendants et des simples citoyens qui militent au sein de nos associations.

Nous avons à coeur de préserver de l’oubli, de la banalisation et de la destruction les anciens camps de concentration devenus lieux de mémoire de l’humanité, en nous basant, entre autres, sur la résolution du Parlement européen du 11 février 1993 «sur la protection européenne et internationale comme monuments historiques des sites des camps de concentration nazis». Les récentes atteintes aux sites de Mauthausen et de Flossenbürg suscitent notre indignation.

Nous sommes indignés par le fait qu’une résolution présentée à l’ONU le 21 novembre 2014 et dont l’objet était « la lutte contre la glorification du nazisme, le néo-nazisme et autres pratiques alimentant des formes contemporaines de racisme, de discrimination raciale, de xénophobie et d’intolérance qui y est associée» n’ait pas été adoptée, fait dû à trois votes négatifs mais aussi à 55 abstentions dont celles des États Membres de l’Union européenne.

Nous restons vigilants devant les tentatives nationalistes et populistes d’effacer de la mémoire européenne ces lieux de barbarie mais aussi de combats et de solidarité.

La Déclaration universelle des Droits de l’Homme de 1948 rappelle que«la méconnaissance et le mépris des Droits de l’Homme ont conduit à des actes de barbarie qui révoltent la conscience de l’humanité». Des centaines de milliers de déportés dans les camps nazis en ont été victimes.

Depuis plus de soixante-dix ans, les survivants et leurs descendants sont fidèles aux serments faits lors de la libération des camps. Sans relâche ils ont agi pour la paix, la solidarité fraternelle entre les peuples. Par leurs témoignages ils ont lutté contre le racisme, l’antisémitisme, la xénophobie et les thèses de l’extrême droite en Europe.

Aujourd’hui, devant l’arrivée de réfugiés poussés par la guerre et la misère, la réponse de certains États européens n’est pas l’accueil humanitaire mais la fermeture de leurs frontières. La Méditerranée est devenue un immense cimetière où les espoirs de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants ont pris fin. L’Europe semble avoir perdu sa mémoire. Beaucoup d’Européens, avant et après la guerre, étaient eux-mêmes des réfugiés. Ils ont connu la solidarité mais aussi la discrimination et le rejet. L’Europe doit retenir les leçons terribles de son histoire récente et ne pas fermer les yeux devant ses responsabilités.

Quelles valeurs voulons-nous transmettre aux jeunes générations ? L’égoïsme et la peur de l’autre ne doivent pas remplacer les valeurs d’humanisme qui sont au cœur de notre histoire commune et de nos engagements.

Nous faisons donc appel à tous les élus des institutions nationales et européennes pour que leur recherche commune de réponses adaptées aux phénomènes migratoires soit guidée en priorité par le respect de la dignité humaine.

Premiers Signataires :

Cérémonie en l’honneur de Raphaël Elizé

Cérémonie en l’honneur de Raphaël Elizé

Le 13 juillet à 11h, un arbre sera planté à Weimar (Kromsdorfer Str.) en l’honneur de Raphaël Elizé. Raphaël Elizé, né en 1981 à La Martinique, était maire de Sablé-sur-Sarthe (près du Mans), le premier maire noir d’une ville de France métropolitaine. Arrêté en 1944 pour faits de résistance, il a été déporté à Buchenwald et est mort victime du bombardement du 9 février 1945.

DÉCOUVRIR SA BIOGRAPHIE

Compte-rendu | Journée de formation sur la Shoah et le système concentrationnaire nazi (16 juin, Espace Aimé Césaire)

Compte-rendu | Journée de formation sur la Shoah et le système concentrationnaire nazi (16 juin, Espace Aimé Césaire)

Le 16 juin, une journée de formation sur la Shoah et le système concentrationnaire nazi s’est tenue à l’Espace Aimé Césaire, futur lieu des expositions du MRN pour les responsables des amicales des camps. Olivier Lalieu, président de l’Association française Buchenwald Dora et Kommandos (AFBDK) et Thomas Fontaine, directeur du Musée de la Résistance nationale (MRN) ont respectivement mis en perspective l’histoire de la Shoah et celle du système concentrationnaire et des déportations de répression. Les participants ont également pu découvrir le futur site du MRN. Cette journée de formation fait partie des initiatives organisées dans le cadre de la convention qui lie le MRN et l’AFBDK.

Source : LA LETTRE D’INFORMATION du MRN 

Colloque | Ravensbrück, Mémoires pour l’avenir

Colloque | Ravensbrück, Mémoires pour l’avenir

De nombreuses déportées au camp de Ravensbrück ont été transférées dans des kommandos de travail placés sous la responsabilité administrative de Buchenwald.

Organisé par l’Association Germaine Tillion à l’occasion du dixième anniversaire de la mort de Germaine Tillion, en son honneur et en hommage à toutes les femmes françaises résistantes, internées, déportées, et placé sous le haut patronage de Monsieur Emmanuel Macron, Président de la République.

Un colloque « Ravensbrück, Mémoires pour l’avenir » se déroule le 7 juin, de 9 h 30 à 19 h 30

Hémicycle du Conseil économique, social et environnemental,
9, place d’Iéna, 75016 Paris
Avec la participation de :
Olivier Mongin, Thomas Fontaine, Eric Vuillard, Monika Gödecke, Noëlle Vincensini, Lili Leignel, Jean-Claude Passerat, Odile Benoist-Lucy, Corinne Halter, Anne-Marie Pavillard, Nelly Forget, Boris Cyrulnik et d’anciennes déportées

Entrée gratuite sur réservation obligatoire jusqu’au 30 mai
Par mail : colloquegermainetillion@gmail.com

Remise des prix du Concours national de la Résistance et de la Déportation 2018

Remise des prix du Concours national de la Résistance et de la Déportation 2018

Les élèves du Collège Joliot-Curie de Stains suivis par notre association et ayant remporté le prix spécial « passeurs de Mémoire » du jury national du Concours national de la résistance et de la déportation, ont reçu leur prix au Lycée Louis le Grand des mains du ministre Jean-Michel BLANQUER, en présence de Geneviève DARRIEUSSECQ, secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées le mardi 15 mai 2018.

Chorale du collège Joliot-Curie de Stains


Mlle Muskan Ali, Mlle Fatoumata Dibassi, Mlle Louivya Gnanzou, Mlle Rania Mohamedi (collège Joliot-Curie de Stains) accompagnées de M Fabien Pontagnier (professeur d’Histoire-Géographie) et de M Amaury Pierre (professeur d’éducation musicale) lors de la remise des prix.

Voir aussi les Serment N°364, 365 et 366

Journée nationale de la Résistance 2018 à Paris

Journée nationale de la Résistance 2018 à Paris

Déporté à Buchenwald, premier président de notre association, « Frédéric » (son pseudo) Henri Manhès était l’un des adjoints de Jean Moulin. Arrêté quelques semaines avant la réunion du CNR  rue Dufour, Manhès n’eut de cesse, à Buchenwald, de réunir clandestinement les Français résistants au sein d’un Comité des intérêts français, sorte de CNR à Buchenwald.

TÉLÉCHARGER L’INVITATION

Quand l’Histoire soigne : recherche, généalogie et résilience

Quand l’Histoire soigne : recherche, généalogie et résilience

Spécialiste de Jorge Semprun auquel elle a consacré sa thèse, notre amie Corinne Benestroff interviendra au 4 e congres mondial sur la résilience, à Marseille.
Tout d’abord le Jeudi 28 mai  à 18h  – dans une table ronde consacrée à «Littérature et Résilience” animée par Boris Cyrulnik, puis dans un atelier consacré aux  » méthodes d’intervention » le samedi 30 mai: Quand l’Histoire soigne : recherche, généalogie et résilience,

Corinne Benestroff est psychologue clinicienne à l’Etablissement Public de Santé de Ville-Evrard (psychiatrie de l’adulte), docteur en littérature, chargée de cours à l’IUT R. Descartes-Université Paris V, ses travaux de recherche portent sur les thèmes suivants : liens entre Histoire et histoires indivi- duelles, traumatismes collectifs (guerres, déportation, génocides) et résilience, fonctions thé- rapeutiques de l’écriture et de la littérature.

Publications
26 publications dans des revues scientifiques, thèse publiée Jorge Semprun, entre résistance et résilience, Paris, CNRS Éditions, 2017.

Prostitutions, travail du sexe et écriture : Discours et représentations

Prostitutions, travail du sexe et écriture : Discours et représentations

Depuis plusieurs années, notre amie Anne Savigneux  étudie le parcours des femmes déportées à Buchenwald dans la continuité du travail effectué auparavant sur « les femmes oubliées de Buchenwald » par Agnès Triebel. A partir de juillet 1943 des bordels furent ouverts dans certains camps. C’est aux femmes qui y furent asservies qu’Anne Savigneux vient de consacrer ses dernières recherches. Elle les présente lors du colloque international ​ »Prostitutions, travail du sexe et écriture : discours et représentations », qui se tiendra à Paris-Nanterre les 12 et 13 juin 2018.

Colloque international Université Paris Nanterre Salle B015 (Bâtiment B [Grappin])

Mardi 12 juin 9h30 Accueil

9h45 Mot de bienvenue : Philippe Combessie, directeur de Sophiapol, directeur du master Sociologie, Université Paris Nanterre
10h Mot d’ouverture : Isabelle Boisclair et Yagos Koliopanos

Figures littéraires I Animation : Isabelle Boisclair

10h15 La prostituée et la poétesse Tullia D’Aragona

Battista Liserre, l’Université d’Aix-Marseille et de Florence

10h45 Dites et écrites par d’autres : les prostituées déportées de France

Anne Yvonne Savigneux-Lointier

11h15 Le travail du sexe comme travail : La calle de las camelias, de Mercè Rodoreda Lori Saint-Martin, Université du Québec à Montréal
11h45 Pause

Paroles de TDS
Animation : Catherine Deschamps

12h00 Voyage au centre d’un tube à essai. Présentation du livre Même pas mal par son auteure : de l’expérience SM vers le travail du sexe… une trajectoire féministe
Cléo de Montis
12h30 La maman et la putain. Réflexions autour du morcellement de la sexualité des femmes et de leurs rôles sociaux

Héléanore

13h00 Lunch

Figures littéraires II Animation : Michel Bozon

14h30 Filles de trottoir, filles d’un soir. Statut et image de la prostituée dans la littérature féminine allemande contemporaine
Régine Atzenhoffer, Université de Strasbourg
15h00 L’agentivité sex/tex/tuelle de la travailleuse du sexe dans ses écritures au je

Isabelle Boisclair, Université de Sherbrooke

15h30 La « putain » des éditions du Seuil : publication, publicisation et réception(s) des œuvres de Nelly Arcan dans le champ littéraire français
Lilas Bass, EHESS/CESSP
16h00 Pause

Statut du·de la chercheur·e Animation : Pierre Brasseur

16h15 Raconter son expérience de travailleuse du sexe pour la chercheuse : un engagement à double tranchant
Nathalie Lugand
16h45 Pourquoi avoir choisi de faire une recherche sur des textes écrits par des travailleuses du sexe? : réflexions situées à deux voix

Iliana Ferrant-Bouchau & Yagos Koliopanos

17h15 Projection

EMPOWER. Perspectives de Travailleuses du sexe
Vidéo documentaire, France. Avec Giovanna Murillo Rincon, Aying, Mylène Juste. Réalisation : Marianne Chargois
Durée : 1h10
En présence de Giovanna Murillo Rinco et Marianne Chargois

EMPOWER est une série de 3 portraits de travailleuses du sexe aux trajectoires hétéroclites: Aying est chinoise, migrante et sans papiers ; Giovanna est trans et entame un parcours de la Colombie vers l’Europe pour trouver des soins à l’annonce de sa séropositivité ; Mylène, féministe et libertaire, travaille depuis 30 ans rue saint-denis. Entremêlant parcours personnels, analyses politiques, et stratégies de résistance collective, ce film est un véritable plaidoyer pour le droit des minorités. Loin des dispositifs d’objectification souvent à l’œuvre, EMPOWER est une mise à l’honneur des paroles, combats et enga- gements des travailleuses du sexe via une réalisation en collaboration active avec les protagonistes.

Mercredi 13 juin

10h00 Accueil

S’écrire, s’inscrire
Animation : Marie-Élisabeth Handman

10h15 « Mots de passe », de l’écriture singulière au pluriel des écrits

Josie Gay

10h45 Trans subjects in the making:The Quest for Recognition in Greek Trans Wo- men’s Autobiographies
Mary Leontsini, University of Athens
Yulie Papadakou, University of Athens

11h15 Le travail sexuel à la première personne au Brésil : les « conditions d’auto-représentation », les politique d’identité, l’érotisme et les féminismes
Lauren Zeytounlian, Universidade Estadual de Campinas

11h45 Pause

Les espaces de la tds

Animation : Lori Saint Martin
12h00 Les Danseuses Mamelouk de Josée Yvon : Imposer les prostitué.e.s dans l’espace symbolique du littéraire
Mélanie Landreville, Université de Sherbrooke
12h30 Il n’y a pas de hasard – ou si peu : trajectoires agentives de la putain dans Au hasard de la chance de Michel Tremblay
Charlotte Comtois, Université de Sherbrooke

13h00 Lunch

Autoreprésentations

Animation : Mathieu Trachman
14h30 Ré-appropriation de discours des travailleurs-euses du sexe par l’auto-représentation Marianne Chargois
15h00 Épopée : archive pornographique, archéologie des media et agentivité queer dans le travail du sexe
Alain Ayotte, Université du Québec à Montréal

15h30 Pause

Se dire, se jouer

Animation : Renaud Chantraine
16h00 Conférence-Performance : OK; Google Sophia Djitli & Allie Bye
16h30 Courte pièce Livre, Livret, Liver
Livre, Livret, Liver de Rona Lorimer

17h Mot de clôture, remerciements

•••

Organisation :
Isabelle Boisclair (Université de Sherbrooke) et Yagos Koliopanos (Université Paris Nanterre)

Avec le soutien de :

Sophiapol (Sociologie, philosophie et anthropologie politiques – Université Paris Nanterre)

L’Université de Sherbrooke
le Laboratoire d’analyses socio-anthropologiques du contemporain (Lasco)
et l’ École doctorale Économie Organisation Société (ED396 – Université Paris Nanterre)

TÉLÉCHARGER LE PROGRAMME COMPLET

 

À DÉCOUVRIR ÉGALEMENT :

Les Femmes oubliées de Buchenwald, par Agnès Triebel

Le témoignage de Richard LEDOUX

Conférence : « Les prostituées déportées de France, voix silencieuses de la Déportation »

 

Conférence-témoignage de Christian Desseaux

Conférence-témoignage de Christian Desseaux

Notre ami Christian DESSEAUX, déporté à Buchenwald puis Dora donne une conférence – témoignage sur la déportation le 25 mai à 18h30 à l’Envolée – place de la mairie, à Barby, Haute-Savoie

Une exposition sur le même thème, sera installée hall de la mairie du 22 au 28 mai.

 

Projection exceptionnelle : « Hôtel Lutetia le souvenir du retour »

Projection exceptionnelle : « Hôtel Lutetia le souvenir du retour »

12 juin 2018 à l’Auditorium de l’Hôtel de Ville à 14h 30 projection exceptionnelle d’un film de Guillaume Diamant Berger « Hôtel Lutetia le souvenir du retour » en présence du réalisateur

C’est le 53ème anniversaire de ces retours et le moment de la réouverture de l’hôtel Lutétia après trois ans de travaux.
L’hôtel Lutetia a été pendant un demi-siècle un lieu « art déco » d’avant garde entre les deux guerres. Seul hôtel de luxe de la rive gauche, il a abrité, entre autres, Hemingway, Picasso, Matisse, André Gide (qui y vivait à l’année), Joséphine Baker et bien d’autres. En 1940, il devient le siège de l’Abwehr pendant la durée de la guerre. A la Libération, le propriétaire, qui veut prouver son engagement pour la Résistance, le met à disposition pour l’accueil des déportés de retour des camps. C’est Sabine Zlatin – « La dame d’Izieu » – qui assure la mise sur pieds de ce centre d’accueil vers lequel convergent les familles à la recherche d’informations. D’avril à juin 1945, les déportés affluent avec un pic d’affluence en mai.

Le film de Guillaume Diamant Berger nous restitue les témoignages rares de déportés maintenant disparus avec des images d’archives et des textes d’époque comme ceux d’Olga Wormser Migot (« Le Retour des déportés) » et de Marguerite Duras (« La Douleur »).

Ce film est contemporain de l’exposition itinérante réalisée par l’AFMD 75 sur le retour par l’Hôtel Lutétia.

Entrée libre, mais inscription indispensable dans la mesure des places disponibles à cinehistoire2@gmail.com

VOIR LA BANDE-ANNONCE