Inauguration du Jardin Léon Zyguel

Mercredi 29 novembre 2017
à 11 heures au 77, rue Pixérécourt à Paris 20e
Place des Fêtes (L11 et 7bis)
Léon ZYGUEL, 1927- 2015
Ancien déporté, témoin au procès de Maurice Papon
Co-fondateur de l’Amejd, « Comité Tlemcen »
Militant pour la paix et la mémoire.

TÉLÉCHARGER L’INVITATION

Léon Zyguel lors d’un de ses nombreux témoignages au lycée Hélène Boucher – Photo : ADVR

BIOGRAPHIE  DE LÉON ZIGUEL
TÉMOIGNAGE DE LÉON ZIGUEL

Journée d’étude « Transmettre la criminalité de masse du nazisme »

La Fondation pour la mémoire de la Déportation est heureuse de vous convier à une journée d’étude :

TRANSMETTRE LA CRIMINALITÉ DE MASSE DU NAZISME. DES MÉMOIRES À INSCRIRE DANS L’HISTOIRE

le vendredi 8 décembre 2017 dans ses locaux au 30, boulevard des Invalides – Paris 7e

PROGRAMME

10H-12H La question de la transmission et de la réception

  • Laurence De Cock (chargée de cours à l’Université Paris-Diderot),
    « On ne peut plus enseigner la Shoah ! » Retour sur les usages politiques d’une doxa
  • Charles Heimberg (professeur à l’Université de Genève), une didactique de l’histoire depuis la Suisse sur la criminalité nazie et les déportations
  • Discutante : Alexandra Oeser (maîtresse de conférences à l’Université Paris-Nanterre) 14H30-16H30 Autres approches
  • Kerstin Stubenvoll (médiatrice à la Maison de la Conférence de Wannsee), un regard critique sur les professions dans un lieu de mémoire. Lier les expériences professionnelles du passé et du présent à la conscience historique
  • Bruno Védrines (chargé d’enseignement à l’Université de Genève), Le « romantisme de la crasse » et l’enseignement littéraire
  • Discutant : Bertrand Hamelin, professeur agrégé et docteur en histoire 16H30-17H00 Conclusions et débat final

DANS LA LIMITE DES PLACES DISPONIBLES, CONFIRMATION À FAIRE PAR MAIL À DIRECTION@FMD.ASSO.FR OU PAR TÉL AU 01 47 05 81 50
AU PLUS TARD POUR LE 6 DÉCEMBRE 2017

TÉLÉCHARGER LES INFORMATIONS

FMD
30, boulevard des Invalides – Paris 7e
ACCÈS PAR MÉTRO : ligne 13 – Saint-François-Xavier
PAR BUS : bus n° 82, 87, 92 – Arrêt Saint-François-Xavier

14e édition des Rencontres et Dédicaces autour du livre résistant

Le samedi 2 décembre prochain, à partir de 14h, dans le salon des Fondations de la Résistance et pour la Mémoire de la Déportation, aura lieu la 14e édition des Rencontres et Dédicaces autour du livre résistant.

Ecrivains et historiens dédicaceront leurs derniers livres parus sur la Résistance.

Le Timbre est l’invité d’honneur de cette 14ème édition.

Une trentaine d’œuvres sera ainsi mise en avant, avec parmi elles le livre de François Romon, intitulé « Les écoutes radios dans la Résistance française 1940-1945 », paru aux éditions du Nouveau Monde et prix Hélène Viannay 2017, mais aussi tous les derniers livres et bandes dessinées parus.

Vous retrouverez toutes les informations pratiques sur l’invitation en pièce-jointe.

TÉLÉCHARGEZ LES INFORMATIONS

Samedi 2 décembre 2017 à partir de 14 heures

Salon des Fondations de la Résistance et pour la Mémoire de la Déportation

30, BOULEVARD DES INVALIDES PARIS 7ème
Métro : ligne 13 – station : Saint-François Xavier

Réservation par mail : memoresistance@gmail.com
Par téléphone : 01 45 66 92 32

Rencontre-débat : pétition Boris Taslitsky

Au cours de l’été 2015, nous avions appris la destruction programmée de la crèche Louise Michel par la Municipalité de Levallois-Perret. A même ce bâtiment, un panneau était vissé sur l’œuvre monumentale du peintre Boris TASLITZKY, artiste antifasciste déporté pour faits de Résistance à Buchenwald, informant les habitants de l’ouverture de ce chantier.

Une pétition, mise en ligne, dès le mois d’août, sur internet, par la fille de l’artiste, avait alors  rencontré un vif succès et l’oeuvre de Boris n’a pas été détruite.
Poursuivant cette action,  à l’initiative de l’Association « Vraiment à gauche à Levallois-Perret » et du  « Comité Boris », sa demande de classement au titre des Monuments historiques est en cours d’instruction.

Dans cette perspective, une rencontre-débat aura lieu le samedi 2 décembre dans les Salons Anatole France, 3 Place du général Leclerc à Levallois-Perret (métro Anatole France- ligne3) sur l’avenir de l’oeuvre.

TÉLÉCHARGER L’INVITATION

Journée d’études : « Les procès des camps nazis, histoire et enjeux contemporains

27 novembre 2017

Organisation: L’Union des associations de mémoire des camps nazis (Buchenwald-Dora, Dachau, Mauthausen, Neuengamme, Ravensbrück et Sachsenhausen) et l’Institut historique allemand de Paris avec le soutien de la Ville de Paris

Deutsches Historisches Institut Paris
Institut historique allemand, 8 rue du Parc-Royal, 75003 Paris, www.dhi-paris.fr

TÉLÉCHARGER LE PROGRAMME

Informations et inscriptions : contact@buchenwald-dora.fr
Tel : 01 43 62 62 04

Colloque « Les fusillés et Massacrés de 1940 à 1945 »

COLLOQUE DU 1er DÉCEMBRE 2017

LES FUSILLÉS ET MASSACRÉS DE 1940 À 1945

à l’auditorium de l’Hôtel de ville de Paris
5, rue Lobau 75004 Paris

9h30

Accueil

Mairie de Paris (Mme Catherine VIEU-CHARIER, adjointe au Maire en charge de la Mémoire et du Monde Combattant, Correspondant-Défense, ou son représentant)
Georges DUFFAU-EPSTEIN, président du Musée de la Résistance nationale et de l’Association pour le souvenir des fusillés du Mont Valérien et de l’Île-de-France
LES FUSILLÉS

Modérateur : Jean DARRACQ, président de l’Association nationale des fusillés et massacrés de la Résistance française et leurs ami(e)s (ANFFMRFA)

Les Fusillés, par Claude PENNETIER, chercheur au CNRS, centre d’Histoire sociale du XXe siècle, directeur du dictionnaire MAITRON
Les conseillers municipaux parisiens fusillés et les fusillades du Mont Valérien, par Antoine GRANDE, de l’Office national des anciens combattants
Les fusillés de Souge, par Jean LAVIE et Dominique MAZON de l’Association des familles de fusillés de Souge
Les fusillés de Rouen, par Jean-Paul NICOLAS, correspondant du Maitron des fusillés pour la Seine Maritime

12h-14h : Pause déjeuner au Restaurant le TRUMILOU, 84 quai de l’Hôtel de Ville 75004 PARIS 01 42 77 63 98 (inscriptions : sylvie-jean.darracq@wanadoo.fr ou par téléphone : 06 10 98 84 15)

14h

LES MASSACRÉS

Modérateur :  Philippe BEAUDELOT, président du Comité de Paris de l’Amicale Châteaubriant-Voves-Rouillé-Aincourt

Les Massacrés, par Dominique TANTIN, historien, agrégé d’Histoire et Géographie, docteur en Histoire, président de l’Association pour un Maitron des fusillés et éxécutés
Les massacres de Maillé par Sébastien CHEVREAU des Archives départementales d’Indre-et-Loire
Les massacres de Signe par Jean-Paul CHINY de l’Association des familles des massacrés de Signe
Les massacres de Haute Savoie, par Bernard NEPLAZ, de l’Association nationale des anciens combattants de la Résistance (ANACR) de Haute-Savoie

Conclusion, par Jean DARRACQ, Président de l’Association nationale des fusillés et massacrés de la Résistance française et leurs ami(e)s (ANFFMRFA)

INSCRIPTION

Entrée libre, réservation obligatoire dans la limite des places disponibles.
Carte d’identité nationale exigée sur place.
Pour vous inscrire, il vous suffit d’envoyer avant le 30 novembre votre demande par mail à sylvie-jean.darracq@wanadoo.fr
(indiquez simplement votre nom, le nombre de places désirées et si vous souhaitez venir le matin, l’après-midi ou toute la journée)

ADRESSE

Auditorium de l’Hôtel de ville
5 rue Lobau
75004 Paris

COMMENT VENIR ?

Métro : lignes 1 et 11, station « Hôtel de Ville »
Bus : n° 58, 69, 70, 72, 74
RER A, B, C, D, station « Châtelet-les-Halles

ORGANISATION/PARTENARIAT

L’ASSOCIATION DES FAMILLES DE FUSILLÉS ET MASSACRÉS DE LA RÉSISTANCE FRANÇAISE ET AMI(E)S (ANFFMRFA)
LES FAMILLES DE FUSILLÉS DE CAEN
L’AMICALE DE CHATEAUBRIANT-VOVES-ROUILLÉ-AINCOURT
L’UNION DES JUIFS POUR LA RÉSISTANCE ET L’ENTRAIDE (UJRE-MRJ-MOI)
L’ASSOCIATION POUR LE SOUVENIR DES FUSILLÉS DU MONT VALÉRIEN
ET DE L’ILE DE FRANCE
EN PARTENARIAT AVEC LA VILLE DE PARIS
LE MUSÉE DE LA RÉSISTANCE NATIONALE
ET LE DICTIONNAIRE DES FUSILLÉS ET MASSACRÉS

Conférence de Corinne Benestroff

La Fondation pour la Mémoire de la Déportation et L’ Association des Amis de Jorge Semprun sont heureuses de vous convier à:

Une conférence de Corinne Benestroff

docteur en Littérature française, autour de son livre Jorge Semprun. Résistance et résilience, Paris, CNRS Editions, 2017,
avec lecture de textes par Pascal Reverte de la compagnie Le tour du cadran

Le mercredi 29 novembre 2017 à 17 heures 30

à la Fondation pour la Mémoire de la déportation
30, boulevard des Invalides- Paris 75007
(métro L13 Saint François-Xavier, bus 82 92 87)

Conférence-débat « ART, DEVOIR DE MÉMOIRE, DEVOIR DE CONNAISSANCE »

Simone FROCOURT et Corinne BENESTROFF
vous invitent à la projection du film « L’origine de la violence »
suivi d’une conférence-débat

«ART, DEVOIR DE MÉMOIRE, DEVOIR DE CONNAISSANCE »

le vendredi 24 novembre 2017 de 14 heures à 17 heures
Salle Jacques Berrier à Sarcelles
rue Pierre Brossolette (près de la Place de Verdun)

Inscription : simone.frocourt95@gmail.com

TÉLÉCHARGER L’INVITATION

Triangles Rouges à Buchenwald

Triangles Rouges à Buchenwald

Film d’Anice Clément
avec le soutien de l’Association française Buchenwald Dora et Kommandos
Un film documentaire sur les déportés de France au camp de Buchenwald.
Avec les témoignages de Floréal Barrier, Aron Bulwa, Bertrand Herz,
Jacques Moalic, François Perrot, Raymond Renaud, Gaston Viens.


OBJECTIF DE LA CAMPAGNE DE FINANCEMENT PARTICIPATIF  :

Jusqu’à présent nous ne disposions que de témoignages individuels épars et peu de témoignages filmés. Ce projet a pour but de réaliser une œuvre pionnière, un documentaire synthétisant de manière construite de multiples témoignages sur la résistance des Français dans le camp de Buchenwald.

Cette campagne est organisée par l’Association Française Buchenwald Dora et Kommandos pour supporter le travail de réalisation d’Anice Clément.

Les tournages et les interviews ont été réalisés en intégralité entre Janvier 2014 et Septembre 2016.

Les fonds récoltés serviront à financer le travail de post-production  qui comprend le montage, la création d’infographies et de « motion design » sur les bases de documents d’archives, les titrages, le mixage audio, l’étalonnage et la colorimétrie.

COMMENT PARTICIPER :  

Cliquer sur le lien suivant et laissez-vous guider :

https://www.helloasso.com/associations/association-francaise-buchenwald-dora-et-kommandos/collectes/triangles-rouges-a-buchenwald

POUR PLUS D’INFORMATIONS :  

Contacter l’association au 01 43 62 62 04 ou par mail contact@buchenwald-dora.fr

Goncourt et Renaudot 2017

Le Goncourt et le Renaudot 2017 viennent de couronner deux auteurs, Eric Vuillard et Olivier Guez, qui abordent le nazisme et ses criminels de façon peu habituelle. Le premier s’intéresse à l’avant, le second à l’après.

Il avait reçu le prix Franz Hessel (le père se Stéphane Hessel) en 2012 pour la Bataille d’Occident . le prix Goncourt lui revient en 2017 pour «  l’Ordre du Jour » (Actes Sud, 160 p. 16€) . Ce petit livre – un récit – veut montrer comment « les plus grandes catastrophes s’annoncent souvent à petit pas. L’auteur Eric Vuillard choisit deux moments et, comme il l’écrit, soulève deux haillons hideux de l’histoire : l’Anschluss, l’annexion de l’Autriche par l’Allemagne, mais d’abord la relation d’une réunion de patrons allemands invités, en février 1933 à soutenir le parti nazi. Hitler vient d’être élu chancelier et « ce moment unique de l’histoire patronale, une compromission inouïe avec les nazis, n’est rien d’autre pour les Krupp, les Opel, les Siemens, qu’un épisode assez ordinaire de la vie des affaires, une banale levée de fonds. Tous survivront au régime et financeront à l’avenir bien des partis à proportion de leur performance », écrit, grinçant, l’auteur.

A vrai dire, Eric Vuillard, le lauréat, aurait pu tout aussi bien évoquer la réunion du Club de l’Industrie de Dusseldorf et la conférence qu’y fit Hitler en janvier 1932 à l’invitation de Fritz Thyssen, ou celle du cercle Keppler à l’hôtel Kaiserhof de Berlin, en mai 1932, à l’invitation d’Otto Flick, ou celle du 10 décembre à Hanovre, ou du 4 janvier 1933 à Cologne. Goebbels nota dans son journal le 16 janvier que la situation financière du Parti nazi, désespérée en décembre, s’était radicalement améliorée.

« Se faufiler dans les coulisses d’événements historiques, et donner à voir l’envers du décor, écrivait dans le quotidien Le Monde Raphaelle Leyris, révéler la part secrète de grotesque, de bêtise, de contingence, d’ennui et/ou de lâcheté, qui y menèrent … » Telle est la méthode Vuillard. Elle se révèle particulièrement efficace pour éclairer la montée au pouvoir des nazis et l’inertie coupable, la succession de lâchetés, de bassesses, de compromissions qui ont mené à l’annexion de l’Autriche par l’Allemagne puis à la seconde guerre mondiale et ses camps.

Les camps d’extermination, le camp d’Auschwitz et son médecin chef, Josef Mengele, sa fuite en Argentine, au Paraguay et au Brésil, sa traque, c’est le sujet de l’ enquête romancée d’Olivier Guez qui vient d’obtenir le prix Renaudot. Guez est le co-auteur du scénario du film Friz Bauer un héros allemand, l’histoire de ce procureur allemand qui, dans les années 1950, avait retrouvé la piste d’Adolf Eichmann, l’organisateur de la « solution finale », en Amérique latine. En 2007 il avait publié, chez Flammarion, une Histoire des juifs en Allemagne depuis 1945, préfacée par Jorge Semprun, enquête passionnante dans la mémoire des juifs d’Allemagne, dans leur identité et dans leur étrange rapport à la patrie de Goethe et d’Himmler. Dans La disparition de Josef Mengele (Grasset, 240 p. 18,50€) Guez, un peu à la façon de Johan Little dans Les Bienveillantes, semble souvent être Mengele lui même. « Je n’irais pas jusqu’à dire que je me suis mis dans sa tête car il est compliqué d’entrer dans la tête de Josef Mengele et je n’en avais pas envie disait-il récemment au micro de France Culture. Par contre, j’avais envie de suivre son errance, essayer de comprendre et de résoudre ce mystère. Pourquoi cet homme a réussi à échapper à ses poursuivants. Je le suis donc effectivement au plus près, et donc parfois, je peux m’exprimer en son nom. Mais je n’ai pas voulu entrer directement dans sa tête. »

Cette écriture lui permet de donner chair à un personnage fondamentalement inhumain traqué par le Mossad et le chasseur de nazis Simon Wiesenthal, mais surtout au monde corrompu par le fanatisme et la cupidité qui lui permet de fuir.

En donnant Goncourt et Renaudot à ces deux œuvres littéraires, les jurés de ces deux prix prestigieux donnent un soutien précieux à notre travail de mémoire et à la diversité de ses formes qui lui est nécessaire pour être efficace aujourd’hui.