Le jour où j’ai découvert le journal d’un déporté

Témoignage sur les circonstances de la découverte du journal, qui était le Matricule 10499 et le message d’espoir qu’il veut retransmettre :

 » Je n’oublierai jamais ce début avril 2014, où tout a commencé par un banal rangement de vieux documents à la cave. Soudain, mon regard fut attiré par un titre sortant d’un protège-cahier… »

10665238_747517315284217_4159681137957268912_n

Lire la suite…

2 réflexions au sujet de « Le jour où j’ai découvert le journal d’un déporté »

  1. Je remercie David de l’Association Française Buchenwald, Dora et Kommandos d’avoir bien voulu partager sur le blog, la découverte du manuscrit de Victor Meyer, Matricule 10499. Ce dernier a participé avec Pierre Bobenrieth M. 41546 et les belges, Gosset Henri M. 14080 et 14081 aux sabotages des armes dans les usines Gustloff-Werke1 et 2; en solidarité avec leurs compagnons d’infortunes de différentes nationalités au camp de Buchenwald.
    La découverte de ce journal m’a donné l’opportunité d’associer l’Institut Goethe de Lyon, qui a pris à cœur de m’aider dans la traduction en français de ce manuscrit rédigé en allemand. Je remercie les archives des Mémoriaux de Buchenwald, Natzweiller, I.T.S de Bad-Arolsen, les archives de la Légion étrangère d’Aubagne, le CHRD de Lyon pour les scans des pages du Document, les archives belges des victimes de guerre, les archives départementales du Haut-Rhin, qui m’ont permis de retrouver les familles des 4 déportés cités dans le manuscrit, y compris celle de l’auteur.
    Merci à eux. Je précise que le manuscrit original a été officiellement déposé aux archives du Mémorial de Buchenwald en septembre 2014. Chantal Durlewanger

  2. Chantal,

    Le temps a passé : je trouve que ton travail sur cet ancien déporté est fantastique et émouvant : il faut faire vivre la mémoire de ces personnes qui ont souffert pour notre liberté et ont témoigné de l’horreur vécue pour que cela ne se renouvelle plus jamais !
    J’ai constaté que tu habitais Lyon…
    Je te donne mon contact téléphonique : 06 02 26 88 72
    Je dois me rendre à Lyon pour….affaires.
    Cela me ferait plaisir de remémorer ce temps déjà si lointain.
    J’ai un fils franco-allemand de 20 ans….
    peut-être à bientôt,
    Florence RAVON

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *