Communiqués autour des manifestations commémoratives du 27 janvier 2017 en Thüringe

Björn Höcke, ancien professeur de lycée, né en 1972, est aujourd’hui président du groupe du parti populiste de droite AfD (Alternative für Deutschland) du Land de Thüringe. Le 17 janvier, en déplacement à Dresde, il   déclarait que le monument de l’Holocauste, à Berlin, était  « une honte »  et qu’il fallait « réorienter à 180° la politique mémorielle. »

Cette déclaration a suscité, en Allemagne de nombreuses réactions indignées.

Le président d’honneur du comité international Buchenwald-Dora, Bertrand Herz, ancien déporté, avec le soutien du président actuel du Comité, Dominique Durand, fils de déporté, a réagit par le communiqué suivant :

Des mouvements politiques extrémistes remettent aujourd’hui totalement en cause, en Allemagne comme dans d’autres pays de la Communauté européenne, la politique de mémoire des crimes du nazisme. L’hommage rendu aux victimes de la plus abominable tentative de destruction de la liberté, de la tolérance et de la démocratie, est indissociable de la réconciliation entre les peuples de l’Europe et du respect dû à  tous les hommes de ce continent.
Les rescapés de la barbarie nazie, les proches des victimes disparues, assassinées par les gaz, exterminées par un travail d’esclave, torturées, abattues, tuées par la famine et la maladie, ne peuvent admettre que le souvenir de cet effroyable holocauste soit rayé des mémoires.
Ils s’opposent de toutes leurs forces à la présence des négateurs de l’holocauste, lors des cérémonies commémoratives en hommage aux victimes du nazisme à Buchenwald, à Dora et dans les différents  kommandos de Thuringe.

A la suite d’interventions publiques du Président de l’Etat libre de Thüringe, M. Bodo Ramelow et du président du parlement de Thüringe, M. Christian Carius, Björn Höcke n’a pu assister à la cérémonie commémorative organisée au parlement, le 27 janvier, à Erfurt, dans le cadre de la journée mondiale consacrée à la mémoire des victimes de l’holocauste.
C’est dans le même esprit que le directeur du Mémorial de Buchenwald, M. Rikola Lüttgenau, lui a interdit l’entrée du camp ce même 27 janvier et pour cette journée du souvenir de l’Holocauste et des victimes du nazisme, considérant, avec justesse, qu’il s’agirait d’une provocation à l’encontre des anciens internés et déportés présents et des familles des 56 000 victimes du camp.
L’attitude de M. Björn Höcke à l’égard de la politique mémorielle allemande sur la période nazie caractérise parfaitement le positionnement national de l’AfD
L’AdD du Bade-Würtemberg, par exemple, a également critiqué les voyages de jeunes dans les camps et a souhaité mettre fin à une allocation du Land au profit du camp de Gurs en France.
C’est dans ce contexte que les amicales internationales de camps ont souhaité publier un communiqué commun.


Le 1er février 2017. Les Comités internationaux des camps de concentration et d’extermination nazis, profondément choqués par les déclarations d’un dirigeant de l’AfD, élu du Land de Thüringe, Björn Höcke, qualifiant le Mémorial aux Juifs assassinés d’Europe à Berlin de « monument de la honte » et souhaitant une réorientation à 180° de la politique mémorielle en Allemagne ;

– rappellent que l’Allemagne nazie a assassiné 6 millions de Juifs en Europe durant la Seconde Guerre mondiale, ainsi que des dizaines de milliers Tziganes, et qu’elle a incarné la barbarie et la monstruosité comme jamais dans l’histoire de l’humanité ;

– saluent la réaction du directeur du Mémorial de Buchenwald, refusant que la commémoration du 27 janvier 2017 de l’Holocause et des victimes du nazisme soit perturbée par cet homme, et lui en interdisant l’accès ;

– expriment à toutes les autorités des Fondations des Mémoriaux et des Mémoriaux des camps leur total soutien et leur vive reconnaissance pour leur travail de mémoire sur le nazisme.

Signataires :

Raphaël ESRAIL, Pdt de l’Union des Déportés d’Auschwitz, Vice-Pdt du Comité International d’Auschwitz,
Dominique DURAND, Pdt du Comité International de Buchenwald,
Bertrand HERZ, Pdt d’Honneur du Comité International de Buchenwald, Commissaire général (2s)
J-M. THOMAS, Pdt du Comité International de Dachau,
Michel CLISSON, Pdt de l’Association des déportés et familles de Flossenbürg,
Guy DOCKENDORF, Pdt du Comité International de Mauthausen,
Jean-Marie MÜLLER, Pdt du Comité International de Natzweiler-Struthof,
Jean-Michel GAUSSOT, Amicale internationale de Neuengamme,
Mmes. Marie-France CABEZA-MARNET et Françoise MARCHELIDON, membres du Comité International de Ravensbrück, au nom de l’Amicale française de Ravensbrück,
Roger BORDAGE, Pdt du Comité International de Sachsenhausen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *