Descente dans l’horreur des camps de concentration

Devant un parterre d’élèves, Bertrand Herz a raconté l’innommable, de sa déportation en juillet 1944 à la libération de Buchenwald en avril 1945.
Les occasions de dialoguer avec les rescapés des camps de concentration nazis vont se faire de plus en plus rares.
Mais cette semaine, plus de 440 collégiens et lycéens de Blois ont eu la chance de rencontrer l’un d’eux.
Répondant à la sollicitation de Marc Gricourt avec lequel il s’est lié d’amitié à Weimar, Bertrand Herz leur a tendu un miroir dans lequel ils ont pu se projeter pour imaginer les horreurs qu’ils auraient eues à subir s’ils avaient vécu
à cette époque.

Lire la suite

Leave a Reply