Disparition de Charles Palant

Charles Palant, déporté à Auschwitz puis Buchenwald ( matricule 122453) où il était arrivé au terme d’une marche de la mort éprouvante le 26 janvier 1945 est mort le 26 février 2016 à l’âge de quatre-vingt-treize ans.Ses obsèques auront lieu mercredi 2 mars à 14 heures au cimetière du Père Lachaise, 16 rue du repos, Paris 20e.

Un hommage lui sera rendu.

Une biographie de Charles Palant se trouve sur le site de l’association – cliquez ici

Au Bourget, le retour des déportés du camp de concentration de Buchenwald

A l’occasion de l’exposition “Après la Shoah au Mémorial de la Shoah. Rescapés, Réfugiés, survivants (1944-1947)”, retrouvez dans une sélection de documentaires autour du retour des camps. Première étape de ce parcours sonore : le retour des déportés au Bourget, en 1945, en direct à la radio.

Le 18 avril 1945, des avions atterrissent au Bourget pour ramener les déportés politiques du camp de concentration de Buchenwald. Alors qu’ils descendent tout juste de l’avion, le journaliste Jean Quittard recueille les impressions de quelques déportés qui évoquent l’émotion du retour, les condition de vie extrêmement difficiles du camp de Buchenwald, la libération du camp par les Américains.

EN SAVOIR PLUS

Groupe de survivants • Crédits : Mémorial de la Shoah 

Le premier des convois

Dans la mémoire collective, le premier convoi de déportation à quitter la France pour Auschwitz est un convoi de Juifs en mars 1942.
Or des recherches de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation ont permis de découvrir que le 20 août 1940, les nazis déportent depuis Angoulême des familles de réfugiés espagnols.
Un roman qui permet de parler d’une page méconnue de l’histoire de la déportation en France, mais aussi de la guerre civile espagnole.

Le sujet : Novembre 1938. Alors que la guerre d’Espagne fait rage, Maria et ses enfants, Carmen et José, décident de fuir le pays, comme des milliers d’autres personnes. Ils souhaitent rejoindre Manuel, mari et père, soldat républicain réfugié en France. Après plusieurs étapes difficiles, Maria et Carmen arrivent dans un camp de réfugiés à Angoulême. José, lui, est parvenu à rejoindre son père et les deux hommes ont été enrôlés dans une Compagnie de Travailleurs étrangers. Après des mois de séparation, la famille est de nouveau réunie dans le camp de réfugiés de la Combe aux loups. Mais le 20 août 1940, tout bascule…

L’auteur : Vanina Brière est née au Mans en 1976 et vit près de Caen. Doctorante en histoire contemporaine, elle a fait sa thèse sur les Français déportés au camp de concentration de Buchenwald. Elle est chargée de recherche, à la Fondation pour la Mémoire de la Déportation depuis 8 ans. Elle signe son deuxième roman chez Oskar, après Les souliers à talons.

Découvrez un résumé de son travail sur le convoi vers Buchenwald du 12  mai 1944 : cliquez ici

“Les Guérir” d’Olivier Charneux : l’histoire d’un nazi qui voulait “guérir” les homosexuels

Guérir les homosexuels pour le bien de l’humanité : c’est le thème de la biographie que vient d’écrire Olivier Charneux, “Les Guérir” (Robert Laffont). Elle raconte l’histoire du nazi Carl Vaernet, médecin danois qui a mené des recherches en utilisant comme cobayes des détenus homosexuels allemands internés à Buchenwald.

Un article de l’auteur paraitra dans le prochain numéro du Serment.

EN SAVOIR PLUS

Colloque international : “L’Ecriture à l’épreuve de la déportation”

Du 10 au 12 mars 2016 à la Faculté de théologie de l’Institut catholique de Lille

Le 10/03 à 10h : Introduction par Cathy LEBLANC : ” L’écriture de l’histoire “

Le 11/03 à 16h15 : Intervention de Dominique DURAND : ” Des petits billets aux lettres aux familles “

Le 11/03 à 14h15, intervention de Corinne BENESTROFF : ” La Direction de l’Absent : fabriques mémorielles et écriture “

Le 12/03 à 11h30 : Intervention d’Agnès TRIEBEL : ” « Dessine moi un camp » ou le regard d’un enfant déporté sur le système concentrationnaire “

Retrouvez le programme complet