Le premier des convois

Dans la mémoire collective, le premier convoi de déportation à quitter la France pour Auschwitz est un convoi de Juifs en mars 1942.
Or des recherches de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation ont permis de découvrir que le 20 août 1940, les nazis déportent depuis Angoulême des familles de réfugiés espagnols.
Un roman qui permet de parler d’une page méconnue de l’histoire de la déportation en France, mais aussi de la guerre civile espagnole.

Le sujet : Novembre 1938. Alors que la guerre d’Espagne fait rage, Maria et ses enfants, Carmen et José, décident de fuir le pays, comme des milliers d’autres personnes. Ils souhaitent rejoindre Manuel, mari et père, soldat républicain réfugié en France. Après plusieurs étapes difficiles, Maria et Carmen arrivent dans un camp de réfugiés à Angoulême. José, lui, est parvenu à rejoindre son père et les deux hommes ont été enrôlés dans une Compagnie de Travailleurs étrangers. Après des mois de séparation, la famille est de nouveau réunie dans le camp de réfugiés de la Combe aux loups. Mais le 20 août 1940, tout bascule…

L’auteur : Vanina Brière est née au Mans en 1976 et vit près de Caen. Doctorante en histoire contemporaine, elle a fait sa thèse sur les Français déportés au camp de concentration de Buchenwald. Elle est chargée de recherche, à la Fondation pour la Mémoire de la Déportation depuis 8 ans. Elle signe son deuxième roman chez Oskar, après Les souliers à talons.

Découvrez un résumé de son travail sur le convoi vers Buchenwald du 12  mai 1944 : cliquez ici

Laisser un commentaire