Albert Girardet, Chevalier de la Légion d’honneur

Albert Girardet a été fait Chevalier de la Légion d’honneur le 12 juillet, à Morez, (Jura)

Inlassable témoin de la résistance, de Buchenwald, de Dora, et d’une marche de la mort de 170 kilomètres qui le conduira à Bergen-Belsen où il sera libéré par les Britanniques, son parcours est celui qu’ont suivi des très nombreux jeunes de son âge –il est né en 1925.  Sa jeunesse a grandi dans des années d’espoir, de revendications et d’avancées sociales, mais aussi de crises et d’échecs face aux fascismes puis au nazisme. Elle s’est terminée  par les épreuves de l’arrestation, de la déportation et de la reconstruction d’une vie.
Dans le discours qui a accompagné cette remise, Agnès Triebel, vice présidente de l’Association française Buchenwald-Dora, a évoqué particulièrement la période de la déportation d’Albert Girardet, arrêté en avril 1944 et déporté à Buchenwald le 12 mai 1944.

“ Tu arrives à Buchenwald le 14 mai, au terme de deux jours et deux nuits effroyables de voyage : la chaleur, la promiscuité, une hygiène bientôt épouvantable dans le wagon, des tentatives d’évasion qui démultiplient la férocité des SS, la folie qui emporte certains, mais pardessus-tout la soif sont un supplice. Tu racontes que tu as dû boire ton urine tant la soif était insupportable et que tu mâchais une petite pièce de monnaie pour activer des glandes salivaires totalement asséchées. Je me souviens de Pierre Sudreau, racontant ce souvenir de solidarité qui a illuminé toute sa vie, lorsque ses trois camarades de déportation – qu’il appelait « ses trois André » – lui ont humecté les lèvres du peu de salive qui leur restait, et de Guy Ducoloné expliquant qu’à son arrivée à Buchenwald, ce même 14 mai, il s’est jeté la tête toute entière dans un tonneau rempli d’eau, dont il ne savait pas si elle était potable ou non, et a bu jusqu’à plus soif. Tu reçois ton matricule, le 51 557, ton frère le 51 585, à apprendre par cœur en allemand (einundfünfzigtausenfünfhundertsiebenundfünfzig) et à comprendre quelques soient les voix et des accents qui appellent le matricule. Une difficulté qui coûta bien des coups à ceux qui n’apprenaient pas assez vite cette langue, qui avait pourtant été celle de Goethe…

Après une période de quarantaine obligée au Petit Camp de Buchenwald où tu subiras quantités d’injections, vraisemblablement destinées à servir de tests pour l’armée allemande, tu es envoyé le 6 juin à Wieda, dans le Harz, cette région boisée et montagneuse qui ressemble à ton pays, (mais de loin, seulement de très loin)… car derrière ces massifs montagneux du Harz se cache la galaxie de Dora, ce kommando de Buchenwald qui n’existe que depuis neuf mois, depuis cette nuit fameuse nuit du 18 août 1943 où la Royal Air Force a bombardé les installations de fabrication des armes dites « les armes miracles » (Wunderwaffen) à Peenemünde.

Au même moment sont également bombardés les centres de production de fusées d’Eperlecques, dans le Nord de la France, ainsi que celui de Wiener Neustadt, en Autriche. Hitler décide de protéger ces usines d’armement dont la production sera désormais souterraine. Ainsi naitra Dora, dans les boyaux de la montagne du Kohnstein où sont évacués les stocks de carburants et d’anhydrite de l’IG Farben, pour devenir le lieu le plus secret de toute l’Allemagne nazie, l’endroit où seront fabriquées non plus les « armes miracles », mais les « armes de représailles » (les Vergeltungswaffen). Les détenus de Dora vont donc se trouver être, bien à leur insu, les « porteurs de secret », les Geheimnisträger, condamnés à ne pas devoir survivre au secret dont ils sont les détenteurs.

Wieda, où tu es envoyé, était un kommando chargé de la construction d’une voie ferrée, la Helmetalbahn c’est-à-dire la « Ligne de la vallée de la Helme », qui doit s’inscrire en parallèle d’une voie déjà existante, mais qu’il s’agissait de délester car entièrement destinée au transport de matériel militaire. Cette voie, longue de 22 km, devait traverser le Harz et constituer une nouvelle ligne rejoignant Herzberg et Nordhausen. Pour sa construction, les nazis font appel à des brigades mobiles de travaux publics composées de prisonniers des camps, les SS-Baubrigaden, chargées du déblaiement de bombardements et de construction de chantiers au profit de la victoire nazie. Wieda, créé le 15 mai 1944, chapote trois chantiers : Nuxei, Mackenrode et Osterhagen, trois localités où doit passer la fameuse voie ferrée.

Tu seras envoyé rejoindre la Baubrigade III de Osterhagen pour des opérations de défrichement et de déboisement de la future ligne ferroviaire. Ce camp, que connaitront également quelques semaines après toi Aimé Bonifas, Marcel Orset et Lucien Colonel (entre autres) est un camp disciplinaire, où la vie y est terrible. Le sol est très boueux, se transformant en champ de glaise dès qu’il pleut, l’approvisionnement en eau est minimal, l’hygiène épouvantable, le lieu infesté de poux -et de mouches en été- est sans courant électrique jusqu’à l’automne 44

Tu restes près de six semaines à Osterhagen et arrives, fin juillet 1944 à Dora-la mangeuse d’hommes dont tu dis, dans un tel oubli de toi-même : « J’ai eu la chance d’arriver dans un camp construit ». L’enfer est donc une réalité à plusieurs vitesses… Sans doute, tant il est vrai que la pire phase de Dora, celle du percement du tunnel pour créer l’usine souterraine, a duré d’août 1943 jusqu’en mars 44, s’effectuant dans des conditions dantesques au cœur des entrailles de la terre. Pas d’eau, le travail dans l’obscurité, un bruit effroyable, une poussière omniprésente et pénétrante, le bruit des explosions, des éboulements, les hurlements des SS, des Kapos et des Vorarbeiter, les aboiement des chiens, les châlits des dortoirs à même les lieux de travail fixés contre la roche qui suinte d’humidité, pas de latrines mais des tonneaux débordants d’immondices qui véhiculent la puanteur et des maladies. Des milliers d’hommes s’entassent dans le tunnel, les rations alimentaires sont infimes, la violence absolue. Les déportés crachent, toussent, respirent mal, sont malades et mourants, les cadavres s’amoncellent, remplacés par des hommes qui connaîtront le même sort.

Voilà ce qu’était Dora qui, le 28 octobre 1944, quitte le giron de Buchenwald pour devenir, avec sa constellation de kommandos dont ceux de Ellrich, Harzungen et Langenstein, le dernier complexe concentrationnaire autonome du système des camps, prenant le nom de KZ Mittelbau-Dora. (…)

Tu as fait partie de la Transportkolonne, ce kommando de travail de manœuvre, épuisant, qui consiste à transporter des charges excessivement lourdes de dépôts extérieurs vers l’intérieur de l’usine. Tu travailles dans le tunnel A, douze heures par jour ou par nuit, selon l’équipe à laquelle tu es affecté. La mort est omniprésente pour toutes les raisons évoquées plus haut, mais tu as frôlé la pendaison suite à un accident avec un propulseur qui a échappé à une manœuvre que tu effectuais et s’est écrasé plus bas, sur la chaîne d’assemblage. Avec quel humour, lorsque tu témoignes, tu parviens à raconter cet épisode dramatique et angoissant, où tu criais à tes camarades, à propos des SS qui éructaient de rage devant l’accident : « Mais qu’est ce qu’ils disent ? Qu’est ce qu’ils disent ? et eux de te répondre : Ils disent qu’ils vont nous faire pendre !!! »

Albert Girardet lors d'un voyage-pélerinage à Buchenwald
Albert Girardet lors d’un voyage-pélerinage à Buchenwald

Tu passeras sept mois, victime et témoin de la plus horrible barbarie, dans un univers où, malgré tout, la résistance s’est organisée. Tu en témoignes, parlant de celui qui portait le même prénom que toi et que tu as connu : Albert Kuntz, héros de la résistance antinazie, député communiste allemand arrêté en 1933, envoyé par la résistance de Buchenwald à Dora pour y structurer la résistance sur place, et qui connaîtra une fin atroce, en janvier 45.

Le 5 avril 1945, tu es évacué du camp vers celui de Bergen Belsen. D’un enfer l’autre… D’abord par voie ferroviaire, dans des wagons à ciel ouvert, sous les bombardements, puis à pied. Vous mettrez une semaine pour faire 170 kilomètres. Les SS, secondés de Kapos ou de Blockältester, presque tous des triangles verts, s’acharnent jusqu’au dernier moment contre les prisonniers qu’ils évacuent de Mittelbau-Dora, abattant sur place ou sur les routes les plus faibles. On connaît l’effroyable fin des détenus de la Boelcke Kaserne et des martyrs de la grange de Gardelegen.

Le 15 avril, tu es libéré par l’armée britannique au camp de Bergen Belsen dans un état de malnutrition et de dénutrition tels, que tu as failli succomber aux brusques agapes que vous remet l’armée de libération anglaise sous forme de boîtes de viande et de rations de pain trop abondantes. Tu seras soigné sur place pendant une semaine, puis transporté par camion de l’armée anglaise jusqu’à la frontière néerlandaise où, de là, tu seras transporté en avion à l’aéroport militaire de Bruxelles. Tu y passeras une semaine encore dans un hôpital de banlieue avant d’être transporté par wagon sanitaire à Paris, à l’hôtel Lutetia. Le 8 mai 1945, tu feras partie du défilé des rescapés de la déportation sur les Champs Elysées. Tu rentreras fin mai à Morez, où tu retrouveras celle dont tu parles toujours avec tant de respect et d’affection : ta maman. (…)”

DSC03097 albert jeanne agnes

Leave a Reply