Allemagne : le mémorial de Buchenwald en difficulté financière

Allemagne : le mémorial de Buchenwald en difficulté financière

ARTICLE DU PARISIEN.FR du 13 mars 2018

A quelques semaines des commémorations de la libération du camp de concentration de Buchenwald, le Mémorial ne parvient plus à boucler son budget.

Un temple de la mémoire en péril. Le mémorial de Buchenwald – camp de concentration nazi créé en juillet 1937 sur la colline d’Ettersberg près de Weimar, en Allemagne – est, pour la première fois de son histoire, en proie à des difficultés financières.

Pour la première fois cette année, le musée-mémorial doit financer le séjour des survivants déportés appelés à se déplacer lors des commémorations de la libération du camp, en avril prochain. Le directeur de la fondation qui gère le lieu de mémoire, Volkhard Knigge, vient de lancer un cri d’alarme, en évoquant dans la presse locale un problème de financement de l’institution.

Le coût d’exploitation de l’institution a fortement augmenté et, selon Volkhard Knigge, une augmentation de 10 % de ses ressources est nécessaire pour faire face à toutes les tâches du site commémoratif. Les sites de Buchenwald et Mittelbau-Dora, connexe, reçoivent actuellement 7,2 millions d’euros de la part de la région de Thuringe.

Les voyages des anciens détenus financés par des dons

Le déficit du mémorial s’élève actuellement à 350 000 euros et risque de passer la barre des 500 000 euros d’ici à la fin de l’année. « Les fonds de fonctionnement pour les expositions, les conférences ou les achats ne sont déjà plus disponibles », a déclaré l’historien. Même pour les tâches éducatives à venir, il n’y a presque pas assez de personnel disponible se lamente-t-on sur le site de Buchenwald.

A l’heure actuelle, la fondation attend 19 anciens déportés pour assister aux manifestations marquant le 73ème anniversaire de la libération des camps de concentration de Buchenwald et Mittelbau-Dora à la mi-avril. Ils viennent de Biélorussie, d’Allemagne, d’Israël, d’Italie, de Pologne, de Roumanie, de République Tchèque, d’Ukraine et des Etats-Unis. Mais le financement de leur déplacement entame le budget de l’institution dédiée au travail de mémoire.

Un appel aux dons

Les frais de déplacement, d’hébergement et de soins sont estimés à environ 53 000 euros. En raison de la situation budgétaire tendue, 100 % du financement doit être couvert par des dons, que les visiteurs et d’autres donnent aux monuments commémoratifs pour leur travail. « Nous publions des appels aux dons ciblés pour soutenir la participation d’anciens détenus à ces événements », a déclaré Knigge. Et la « Groko », la nouvelle coalition au pouvoir en Allemagne n’a pas l’intention d’augmenter le financement de l’Etat avant 2019…

La Deutsche Bahn et l’Association Buchenwald soutiennent également les voyages des anciens détenus, de leurs proches et de leurs tuteurs par le biais de voyages en train gratuits. En outre, une caisse d’épargne locale soutient cet anniversaire par un don.

La chancellerie du lander de Thuringe confirme que les problèmes financiers sont connus. L’appel à l’aide est arrivé et a déjà été intégré dans les négociations de la nouvelle « Groko », a déclaré la secrétaire d’État locale Babette Winter (SPD). Mais cette dernière, qui a participé au groupe de travail sur la culture du souvenir et, selon ses propres déclarations, a appuyé l’intention d’augmenter le budget commémoratif prévu dans l’accord de coalition. Toutefois, comme le budget pour 2018 est déjà bouclé, cela ne sera pas possible d’augmenter celui du Mémorial de Buchenwald avant 2019.

Ronan Tésorière (@RonTesoriere)| 13 mars 2018, 18h19


Comments are closed.