Projection au cinéma Saint-André-des-Arts

Projection au cinéma Saint-André-des-Arts

CINÉ HISTOIRE

Cycle 2019-2020
« Les années 1930 et la montée des totalitarismes ».

Devant la montée inquiétante des régimes autoritaires dans le monde, nombreux sont ceux qui évoquent « un retour des années 30 ».
L’histoire ne se répète pas, mais sa connaissance, permet de mieux comprendre notre présent, et de nous enraciner. C’est pourquoi Ciné Histoire a décidé cette année de consacrer son cycle à l’histoire des totalitarismes durant l’entre-deux-guerres et à ses conséquences.
Les films projetés nous éclaireront sur le fascisme italien, le nazisme allemand, le franquisme espagnol, le stalinisme en Russie et nous commencerons par la Grèce du général Metaxas en 1936.
Chaque projection sera suivie d’un débat, animé par un spécialiste universitaire, journaliste, critique de cinéma ou cinéphile averti.

Notre prochain rendez-vous est fixé au samedi 7 décembre 2019 à 10h30 au cinéma Saint-André-des-Arts avec la projection du film d’Olivier Hirschbiegel Elser, un héros ordinaire. Ce film a été nominé à l’European Film Awards – Prix du cinéma européen en 2015.
Synopsis : A Munich le 8 novembre 1939, une explosion ébranle la brasserie des citoyens où se réunissent habituellement les nazis. Bilan : 6 tués et plus de soixante blessés. Mais la cible de cet attentat, Hitler, n’est pas atteint, car, devant regagner Berlin en avion il a dû partir dix minutes plus tôt en raison de mauvaises conditions atmosphériques.

Georg Elser, auteur de l’attentat, était un ouvrier longtemps au chômage, qui avait trouvé un emploi dans une fabrique d’armes en 1936. Il donne congé à son employeur en 1939, car son projet requiert une disponibilité totale. Elser n’est membre d’aucun parti, mis à part une courte adhésion en 1928 à une organisation communiste « La ligue des combattants du front rouge », à laquelle il n’a fait que payer ses cotisations un court laps de temps.
Son intention était d’arrêter la guerre qui durait depuis deux mois, car il pensait qu’en supprimant Hitler, celui-ci ne pourrait être remplacé que par un dirigeant de moindre envergure, et qu’il briserait le mythe de Hitler, sauveur du peuple allemand.
Les éléments recueillis, prouvent que Elser a préparé son attentat en solitaire. Son échec et les victimes innocentes qui ont résulté de son plan, l’ont ensuite conduit, semble t-il à penser que son action n’était pas juste et que son châtiment était mérité.
Cet homme du peuple n’a pas eu besoin des partis de gauche pour agir selon ce que sa conscience lui dictait. Il rejoint à sa manière, l’élite des conjurés du 21 juillet 1944 et de l’officier Klaus von Stauffenberg. Socialement deux hommes opposés, mais moralement deux êtres d’élite qui se ressemblent.
[Extraits adaptés du livre de Lionel Richard, Nazisme et barbarie, éd. complexe 2006.]

La projection sera animée par Lionel Richard, professeur honoraire des Universités et auteur entre autres, de Le nazisme et la culture (éd. Complexe) et de La vie quotidienne sous la République de Weimar (Hachette). Ces livres sont devenus des ouvrages de référence.

Cinéma le Saint-André-des-Arts
Salle 3
12 rue Gît-le-Cœur 75006 Paris
(RER St Michel ou Odéon
bus : 38, 85, 96, 21, 27, 63, 87)
Tarifs : 6,50€ et 5€ pour les adhérents Ciné Histoire avec leur carte


Comments are closed.