« Je ne rêve que de vous » : l’amour fou de Jeanne R.

LÉON BLUM

Léon Blum fait des études de lettres et de droit. Il se lance dans une carrière politique au sein du Parti socialiste à la suite du scandale de l’affaire Dreyfus, dont il est un ardent défenseur. Il fonde avec Jean Jaurès le journal L’Humanité. Après avoir été député, il devient président du Conseil puis de nouveau député. Il fait partie des quatre vingts parlementaires de l’Assemblée nationale qui votent contre l’attribution des pleins pouvoirs au maréchal Pétain. En 1940, après la défaite militaire française, il est inculpé par la cour de justice de Riom en qualité de « responsable de la défaite » et est condamné à la prison à vie. D’avril 1942 au 31 mars 1943, il est interné au château de Chazeron, puis à la maison d’arrêt de Bourassol. En avril 1943, il est livré par Pierre Laval aux nazis et déporté à Buchenwald, dans la maison forestière du fauconnier, éloignée de quelques centaines de mètres du camp. Son frère René est assassiné à Auschwitz. Durant sa détention, Léon Blum rédige une importante correspondance et commence à écrire un ouvrage de réflexions, qu’il termine en décembre 1944 et qui sera publié après la guerre sous le titre « À l’échelle humaine ». C’est à Buchenwald qu’il épouse Jeanne divorcée de l’avocat Henry Torrès et veuve de l’homme d’affaire suisse  Reichenbach. Blum est veuf depuis 1938. La cérémonie a lieu le 19 mai 1944 après que Jeanne est rencontré Pierre Laval qui facilitera leur union.

Blum quitte le camp le 3 avril 1945 et, après un long périple en voiture, il est libéré à Pragser Wildsee, au Tyrol, le 4 mai 1945, par des soldats américains.
Zum SS-Falkenhof gehörendes Haus, in dem zwischen 1943 und 1945 französische Regierungsmitglieder, darunter Edouard Daladier und Leon Blum, gefangengehalten wurden. ©Wachtturm-Gesellschaft, Geschichtsarchiv, Selters

Olivier de Bruyn

Laurent Heynemann évoque la passion entre Léon Blum et Jeanne Reichenbach durant les années noires de l’Occupation. Malgré l’académisme du film, l’histoire est fascinante.

1940. Dans la débâcle de l’Occupation, Léon Blum, comme plusieurs hommes politiques importants de l’époque, est poursuivi par le régime de Vichy, jugé dans des simulacres de procès, enfermé dans divers centres de détention de l’Hexagone avant d’être déporté à Buchenwald, hors de l’enceinte du camp, où il survivra à la guerre, contrairement à tant d’autres… Durant ces années lugubres, à chaque étape de son parcours, Léon Blum est…

 LIRE LA SUITE