La Libération de Buchenwald au jour le jour – 7 avril 1945

7 avril 1945

Ce n’est finalement que le 7 avril que les détenus, juifs pour la plupart, raflés le 5 avril quittent le camp, premier groupe de ces « marches de la mort » où des milliers d’hommes vont disparaître. Sortis du camp le 5, ils ont été rassemblés à l’extérieur dans les usines de la DAW. Séparés en deux colonnes, ils prennent à pied la direction de Flossenbürg, camp situé en Bavière à plus de 250 kilomètres de Buchenwald. Flossenbürg ne sera qu’une courte étape avant un nouveau départ vers Dachau où ne parviendra qu’un groupe de 300 survivants.

Cela ne suffit pas. A nouveau des SS pénètrent dans le camp, fortement armés, et, par la force, rassemblent des milliers d’hommes. Ils usent de la brutalité la plus grande, abattant à bout portant ceux qui tentent de résister, criblant les baraques de balles pour forcer les hommes à en sortir. Ils parviennent à réunir près de 6 000 détenus provenant essentiellement des kommandos évacués, notamment celui d’Ohrdruf.

1 400 hommes quittent le camp en train en fin de matinée, vers Leitmeritz, en Tchécoslovaquie où se situe ce camp extérieur de Flossenbürg. Il s’agit d’une usine souterraine d’armement. Ils parviennent à destination le 9 avril.

Un second groupe de 4 500 détenus quitte le camp à 14 heures, en direction de Flossenbürg, en train. Leur convoi suivra un itinéraire complexe en direction de la Tchécoslovaquie et, pour une partie, du camp de Dachau où il parviendra le 28 avril seulement, avec de rares survivants.

Photographie d’Ohrdruf prise par Pierre BODOT le 6 avril 1945 © AFBDK