11 novembre 1940 Manifestation à l’Arc de Triomphe

Les Autorités d’occupation allemande avaient interdit de commémorer le 11 novembre 1918, considéré par elles comme « un souvenir insultant pour le Reich et attentatoire à l’honneur de la Wehrmacht ». Pourtant, le 11 novembre, des centaines d’étudiants et de lycéens convergèrent vers la tombe du soldat inconnu et l’arc de triomphe, prévenus par des tracts distribués de mains en mains. Dans un article publié par la revue du Souvenir Français, l’historienne Danielle Tartakowsky estime à 3 000 personnes le nombre de manifestants qui se retrouvèrent par petits groupes autour de la place de l’Etoile.

Durement réprimée par les soldats allemands et la police française, cette manifestation fut l’une des premières actions publiques de résistance qui, note l’historienne, « vit se côtoyer des lycéens et étudiants nationalistes et antifascistes, susceptibles de s’être affrontés physiquement en 1934 et 1935, mais également beaucoup de jeunes non politisés, venus sans consigne préalable » parce qu’ils étaient viscéralement anti-Allemands.

Plus tard, engagés dans des mouvements et réseaux organisés de résistance, un certain de ces étudiants nombre furent déportés à Buchenwald, tout comme Pierre Daix, qui le fut à Mauthausen.

Source MRN Champigny

EN SAVOIR PLUS