Deux expositions à Paris : Anselm KIEFER ou l’art après le nazisme

Deux expositions à Paris : Anselm KIEFER ou l’art après le nazisme

Paris consacre actuellement , dans des sites prestigieux *, deux expositions consacrées à « l’alchimie du livre », rétrospective de l’artiste allemand installé en France depuis 1993, Anselm KIEFER .

Fidèle à sa démarche créatrice , Kiefer explore le passé nazi de son pays à travers l’art et la philosophie ; la création polysémique lui permettant de s’insurger contre ce qu’il nomme , dans les années 90, « l’amnésie collective de la société allemande ». Dans ses toiles , au milieu de forêts profondes – symboles mythiques de la germanité -, Kiefer réalise des fresques inspirées de la geste teutonique , telle sa célèbre bataille de Teutoburg remportée par les Germains contre les Romains, au 1er siècle de notre ère .
Convoquant, sans relâche , le passé hitlérien de l’ Allemagne , il y expose ses célèbres « sculptures-livres » , renvoyant à l’écriture «mémorielle» et notamment à la poésie de Paul Celan comme expression éponyme du sens à reconnaitre à la littérature après l’expérience des camps .
Oeuvres monumentales et créations de taille humaine ( comme symbole de l’ Etre, entité microcosmique mais irréductible de l’univers ), cohabitent avec des livres en plomb, medium privilégié par l’artiste , dont les pages nourries de préceptes bibliques s’ouvrent sans relâche sur le thème obsédant l’artiste : la rédemption spirituelle et culturelle de l’Allemagne post- hitlérienne .

* Centre Pompidou, jusqu’au 18 avril 2015 ; Bibliothèque nationale de France , jusqu’au 7 février prochain.

Descente dans l’horreur des camps de concentration

Descente dans l’horreur des camps de concentration

Devant un parterre d’élèves, Bertrand Herz a raconté l’innommable, de sa déportation en juillet 1944 à la libération de Buchenwald en avril 1945.
Les occasions de dialoguer avec les rescapés des camps de concentration nazis vont se faire de plus en plus rares.
Mais cette semaine, plus de 440 collégiens et lycéens de Blois ont eu la chance de rencontrer l’un d’eux.
Répondant à la sollicitation de Marc Gricourt avec lequel il s’est lié d’amitié à Weimar, Bertrand Herz leur a tendu un miroir dans lequel ils ont pu se projeter pour imaginer les horreurs qu’ils auraient eues à subir s’ils avaient vécu
à cette époque.

Lire la suite

Devoir de mémoire

Devoir de mémoire

A quelques jours de la journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’holocauste (27 janvier), il nous semble utile de nous interroger sur le devoir de mémoire. Nous vous proposons d’écouter l’émission que Jean Lebrun a consacré récemment à ce sujet sur France Inter et de prendre connaissance d’un texte du Secrétaire d’état chargé des anciens combattants et de la mémoire, M. Todeschini.

La mémoire n’est pas l’affaire d’un jour, par M. Todeschini

Demain sera discutée au Sénat une proposition de loi visant à instaurer un « Jour de Mémoire ». L’ambition de ce texte est noble : « sensibiliser et promouvoir auprès des jeunes l’histoire de notre pays, les sacrifices de nos anciens et les valeurs républicaines de la Nation française ». C’est une ambition que nous partageons tous. Pour certains d’entre nous, c’est même une responsabilité tant l’histoire et les mémoires de notre pays constituent une part fondamentale de l’identité de notre Nation. Je me dois donc de faire vivre ces mémoires, dans leur pluralité, sans en oublier aucune. (…)

Lire la suite

Un nouvel essai historique (en italien) sur Buchenwald.

Un nouvel essai historique (en italien) sur Buchenwald.

Gilberto Salmoni, né à Gênes en 1928 dans une famille juive, a été interné à quinze ans avec sa famille à Fossoli, camp de prisonniers situé dans le Nord de l’Italie et transformé en 1943 par les SS en centre de transit pour les déportés. Déporté à Buchenwald avec son frère aîné en août 1944 (Mle 44573), il est libéré en avril 1945 et rejoint difficilement l’Italie et Gènes, où il apprendra que le reste de sa famille a disparu à Auschwitz. Il est aujourd’hui président de la section de Gênes de l’ANED (Association des anciens déportés politiques et raciaux) et membre du Comité international Buchenwald-Dora. Après avoir fait, en 2012 le récit de cette déportation, il publie aujourd’hui un nouvel ouvrage plus général sur le camp. « A l’invitation de la Fondation des Mémoriaux de Buchenwald et Dora, explique-t-il, je suis retourné deux fois à Buchenwald et dans les environs de Weimar, et cela à suscité ma curiosité d’approfondir l’histoire. Avec l’ANED, j’ai visité d’autres camps de concentration nazis et échangé avec quelques survivants. Je me suis rendu compte que le camp de Buchenwald, bien qu’ayant de nombreux points communs avec d’autres camps, présentait de nombreuses particularités. Cela m’a intrigué et m’a amené à enquêter. Ces particularismes traversent toute l’histoire du camp et c’est une histoire à découvrir. »

Gilberto Salmoni, Buchenwald, Une histoire à découvrir, publié par Frilli Brothers Publishers

Mémoires européennes des camps nazis

Mémoires européennes des camps nazis

L’Association française Buchenwald-Dora et Kommandos a contribué à la réalisation de ce webdocumentaire de réflexion sur la déportation et le phénomène concentrationnaire nazi. Nous ne pouvons que vous inviter à le visiter.

Canopé Normandie, créateur de ressources pédagogiques innovantes, a développé avec plusieurs partenaires un webdocumentaire intitulé « Mémoires européennes des camps nazis », réflexion sur la transmission de la mémoire de la déportation 70 ans après les faits.
Ce webdocumentaire permet de s’interroger sur l’enjeu de cette mémoire aujourd’hui et la mise en oeuvre de sa préservation : l’usage des sites, la place donnée aux témoignages sous toutes leurs formes, le rôle des associations de mémoire, les formes de commémorations et les initiatives pédagogiques. (…)

En savoir plus

CNRD 2015/2016 – Le dossier pédagogique du MNR

CNRD 2015/2016 – Le dossier pédagogique du MNR

Le Musée de la Résistance nationale, avec le concours de Canopée et les réseaux de l’Education nationale, met en ligne un dossier sur le sujet du concours. Quelques pages sont consacrées à l’art et la littérature dans les camps, au travers des créations de Pierre Provost et celles de Boris Taslitzky. On notera, dans ce même dossier, les pages sur l’après guerre et, notamment, celles sur les monuments honorant la résistance et la déportation.

TÉLÉCHARGER LE DOSSIER

CNRD 2015/2016 – Intervention de Marie-France Reboul

CNRD 2015/2016 – Intervention de Marie-France Reboul

Dans le cadre du Concours national de la Résistance 2015-2016, « Résister par l’art et la littérature », le musée de la Résistance, en partenariat avec l’Office National des Anciens Combattants et les Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation – DT 87 -, organise à cette occasion des animations à destination des collégiens et lycéens.

Du 8 janvier au 14 mars 2016, des dessins réalisés dans les camps d’internement et par des prisonniers de guerre prendront place au sein des collections permanentes du musée. Les élèves, accompagnés d’un médiateur culturel, pourront découvrir ces œuvres poignantes et humanistes.
De plus, la projection du film « Parce que j’étais peintre » de Christophe Cognet, aura lieu les jeudis 14 et 28 janvier 2016 à 14 heures à l’Espace cité. Le réalisateur sera présent le 14 janvier pour un échange avec les élèves après la diffusion du film. En pièce jointe, veuillez-trouver le dossier pédagogique relatif au documentaire.

À cette occasion Mme Marie-France Reboul, membre de l’Association française Buchenwald Dora, devrait présenter le 28 janvier 2016 son nouveau livre L’Art clandestin dans les camps nazis, dans lequel dessins et poèmes, sont autant de cris qui tentent de « restituer l’impossible figuration de l’horreur ».

L’appel, dessin de Thomas Geve (copyright T. Geve et Yad Vashem)Animation gratuite.

Vous pouvez dès à présent réserver une séance pour vos élèves.

Contact :
Muriel Champeymont
Responsable du service pédagogique
Musée de la Résistance de Limoges
05 55 45 84 43

Programme du voyage Action-Mémoire 2016

Programme du voyage Action-Mémoire 2016

Voyage du lundi 18 au vendredi 22 avril 2016

Lundi 18 avril – Voyage Aller

bild_01g
Landhotel « Zur Tanne »

8h30 – Rendez-vous sur le parvis de la gare Montparnasse à Paris devant l’entrée centrale, porte Océane, face aux « Galeries Lafayette ».
9h00 – Départ de l’autocar, déjeuner pique-nique sur le trajet, arrêts en fonction des besoins.
19h30 (aux environs de) – Arrivée à l’hôtel « Zur Tanne » à Ballstedt (Landhotel « Zur Tanne » – im Dorfe 29 – 99439 BALLSTEDT – Tel : 00 49 3 64 52 7 23 60 – (situé à 12 kms au nord ouest de Weimar).
Prise de possession des chambres.
Dîner et nuit.

Mardi 19 avril – Visite du camp de Buchenwald (toute la journée)

8h30 – Départ de l’hôtel « Zur Tanne »transfert en autocar au camp de Buchenwald.
Arrêt à la stèle F. H. Manhès.
9h00 –  Arrivée à la gare du camp, début de la visite proprement dite : Carachoweg, zoo, bunker, salle de la maquette , porte d’entrée, place d’appel, crématoire, petit camp, Revier, manège, carrière, Lecture du Serment d’avril 1945.
Librairie.
Déjeuner à l’hôtel « Zur Tanne ».
Après-midi – suite de la visite en fonction de ce qui aura été fait le matin.
Soirée – Dîner à l’hôtel « Zur Tanne » et soirée libre.

mention-1
Vue du crématoire du camp de Buchenwald (Photo de William DECATOIRE, élève de troisième au collège Louis Pasteur à Villemomble ayant reçu une mention au Concours de la meilleure photographie d’un lieu de Mémoire 2014-2015)

Mercredi 20 avril – Visite des camps de Dora et d’Ellrich

8h15 – Départ de l’hôtel, transfert en autocar (environ 2 heures 30 de trajet).
10h30 (vers) – Arrivée à Dora. Visite du camp : musée, crématoire et du tunnel (prévoir un vêtement chaud). Déjeuner à la cafétéria du Mémorial.
Après-midi, suite de la visite du camp de Dora en fonction de ce qui aura été fait le matin puis transfert en autocar et visite du camp d’Ellrich.
Soirée – Dîner à l’hôtel « Zur Tanne » et après le repas possibilité de soirée commune.

Jeudi 21 avril – Visite du Mémorial du camp de Buchenwald

8h30 – Départ de l’hôtel « Zur Tanne ».
9h00 –  Visite du Mémorial : bas reliefs, allée des nations, fosses, stèle France, Monument, Tour, Musée, exposition de peinture et visite libre du camp de Buchenwald.
10h00 –  Visite du nouveau musée.
Déjeuner à l’hôtel « Zur Tanne ».
Après-midi – Visite du musée Topf und Söhne d’Erfurt et visite libre d’Erfurt par demi-groupe.
Soirée – Dîner à l’hôtel « Zur Tanne » et soirée libre.

buchenwaldsculptureVendredi 22 avril – Voyage Retour

7h30 (horaire à confirmer) – Départ de l’hôtel « Zur Tanne », déjeuner pique-nique au cours du voyage (panier repas fourni par l’hôtel). Arrêts en fonction des besoins.
20h30 – Arrivée prévue à Paris, gare Montparnasse sous réserve de l’horaire de départ, des temps d’arrêt et des conditions de circulation.

Télécharger le programme et le bulletin d’inscription

De nouveaux inventaires pour conduire des recherches sur la Résistance et la Déportation

De nouveaux inventaires pour conduire des recherches sur la Résistance et la Déportation

Le site internet du Service Historique de la Défense (SHD) présente deux nouveaux instruments de recherche :

La liste d’environ 600 000 dossiers individuels établis pendant et après la Seconde Guerre mondiale, qui permettent aujourd’hui de retracer le parcours de celles et ceux qui se sont engagés dans la Résistance.

Et l’inventaire des dossiers individuels des agents des réseaux des Forces françaises combattantes, constitués par la Direction Générale des Études et Recherches (DGER) en 1944 et 1945. Ces archives encore inédites sont étroitement complémentaires des dossiers individuels du bureau Résistance. Actuellement, seuls les dossiers des agents des réseaux de renseignement sont inventoriés. En 2016, l’inventaire sera complété pour faire apparaître les dossiers des réseaux action et évasion, l’ensemble formant la sous-série GR 28 P 4.

Groupe de résistants © Service historique de la Défense

EN SAVOIR PLUS